Le roman Les rêves de nos mères, Carine Pitocchi

Image : Fnac

« 1912-1914
Une riche veuve, comtesse du prestigieux domaine de Longfield Park. Un chef de la pègre londonienne. Une frêle jeune fille qui tente de survivre à la violence de son mari.
Une lady éprise de liberté et bien décidée à faire progresser la cause suffragiste. Des personnages qui n’étaient pas destinés à se rencontrer vont se croiser à la faveur des événements, de ce bouillonnant début de XXe siècle.
Des destins qui se croisent, s’entremêlent, ballottés au gré des bouleversements de la grande histoire. »

Ce roman contient une histoire intéressante, qui m’a d’ailleurs fait beaucoup penser à certains des événements de la série Peaky Blinder. Des personnages sont assez semblables, comme le jeune Will Murphy, qui ressemble beaucoup à Tommy Shelby… Ce qui m’a beaucoup plu, je dois bien l’avouer ! J’adore en effet la série Peaky Blinders, qui se déroule d’ailleurs également en Angleterre (et à peu près à la même époque). Dans ce roman, on se retrouve donc au début du 20ième siècle en Angleterre, juste avant le commencement de la guère, au sein d’une période politique trouble et incertaine. Dans ce récit, on perçoit le contraste entre la vie de la haute société, dont fait partie la jeune Julia Ashford, et le quotidien des domestiques, des serviteurs, des travailleurs, des gens vivants dans les quartiers pauvres et difficiles de la capitale anglaise. On découvre des personnages attachants, certains étant rebelles, comme la cousine de Julia, féministe et intrépide, voulant faire cesser l’injustice, prête à défendre ses causes quitte à casser certains codes de la bonne société. On y rencontre également des jeunes femmes aux vies bouleversées, victimes de violences conjugales, de violences abominables, et qui tenteront de se reconstruire tant bien que mal… Des passages sont bouleversants. On alterne entre les passages parlant de Edna et ceux de Julia, ce qui donne une dynamique au récit.

Il s’agit d’une lecture qui aborde de nombreux thèmes très importants : les violences faites aux femmes, le respect, la loyauté, le féminisme, les injustices, les différences de classes sociales, la société anglaise dans les années 1910… On y trouve des femmes fortes et courageuses, des frères nés dans la pauvreté et qui se montrent d’une fidélité et loyauté très fortes, sans oublier l’amour. L’amour romantique est présent (et transcende le temps et les conditions sociales), mais également l’amour qui unit des membres de la même famille. C’est un beau roman, même si j’ai parfois regretté que les personnages ne soient pas un peu plus travaillés, les intrigues un peu plus approfondies… Je trouve d’ailleurs le roman un peu trop court. Néanmoins, j’ai entendu dire qu’il y avait un tome 2, et j’ai hâte de le découvrir !

Merci beaucoup pour votre lecture ! Et vous, avez vous lu ce roman ? Des bisous, à bientôt !

2 commentaires sur « Le roman Les rêves de nos mères, Carine Pitocchi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :